La Costa Verde | San Giovanni di Moriani

San Giovanni di Moriani

San Giovanni di Moriani - San Giovanni di Moriani

Hameau Reghjetu
20230 SAN GIOVANNI DI MORIANI
Tél : 04 95 38 52 68
Fax : 04 95 38 53 54
tete de maure
Le mardi et vendredi : 
8h à 12h - 14h à 18h

Situé entre mer et montagne, le village de San Giovanni est le plus haut village de la Costa Verde. Il se compose de six hameaux : Casone, Cioti, Reghjetu, Serra, Serrale et Tribbiolu. C’était autrefois le plus riche village de la pieve, et on peut encore voir ses belles maisons, témoins de sa grandeur passée.

Son église paroissiale Saint Jean, accompagnée de sa chapelle de confrérie Sainte Croix, représente le point central de la commune. Avec son extérieur en pierres apparentes, son clocher de 33 mètres (un des plus hauts de l’île), son mobilier et ses œuvres d’art, elle est un des trésors de l’art baroque en Corse. Elle possède un riche intérieur, récemment restauré. On peut citer par exemple son retable et son tableau de l’Annonciation. Chaque année, le 27 décembre, la fête du saint protecteur est célébrée à l’église. A côté de l’église, la chapelle de confrérie ne se visite pas, puisqu’elle est actuellement en cours de rénovation. Construite au XVIIIème siècle, elle renferme un très beau décor baroque. Plus haut (à 30 minutes de marche), la chapelle San Mamilianu offre une large vue panoramique sur la Costa Verde. On peut y accéder après environ une demi-heure de marche. De style roman, au toit de lauze, elle fut construite aux environs de 936. Autrefois, jusqu’en 1952, on y organisait une procession le 15 septembre, et on allumait un grand feu, visible dans toute la vallée. Les autres chapelles de la pieve faisaient de même. Le feu était également allumé à l’île d’Elbe et à Monte Cristo, où on trouve deux chapelles dédiées au même saint. Cette coutume était également un moyen de donner l’alerte en cas d’invasion barbaresque. A l’intérieur, on peut voir la légende de San Mamilianu peinte sur le maître-autel de la chapelle. Encore de nos jours, le 15 septembre donne lieu, au village, à un repas champêtre après la messe à la chapelle.

On trouve une chapelle dans chacun des six hameaux. Par exemple, à Tribbiolu, la chapelle de l’Annonciation est un très bel exemple d’art baroque, et la chapelle Saint Dévote, à Serra, a été récemment restaurée. Au-dessus du hameau de Reghjetu, la chapelle Saint Roch était autrefois le lieu de l’une des plus importantes processions de la pieve. Chaque 16 août, la statue du saint y était portée deux fois en procession, l’une le matin, l’autre en fin d’après-midi. Enfin, à Casone, la chapelle de Notre Dame des Sept Douleurs renferme un très beau tableau représentant les douleurs de la Vierge lors de la crucifixion du Christ. C’est dans cette chapelle qu’est enterrée la comtesse Cervoni, épouse d’un des généraux de Napoléon. On raconte que, pendant l’exil de l’empereur à l’île d’Elbe, elle lui faisait passer des messages cachés dans des coquilles d’huîtres. San Ghjuvanni bénéficie d’un cadre naturel d’exception : entre le Bucatoghju et le Pietrignani, sa forêt composée d’ifs et de buis est immense. On y rencontre fréquemment des aigles royaux. Notons que la mairie, accompagnée de l’association I Chjassi Muntagnoli, se charge d’entretenir les sentiers de randonnée situés sur la commune.

Le village a mis en place des sentiers de randonnée permettant de découvrir la région, notamment le très original sentier botanique
Un site archéologique a été récemment découvert sur le mont Castellu Vechju : on y a trouvé quelques poteries, une grande jarre et des silex taillés, mais surtout des pierres gravées de signes, dont le mystère reste à élucider. Plus loin, à environ 900 mètres d’altitude, la grotte d’A Croce à u Zuccaru renferme elle aussi quelques vestiges préhistoriques et est gravée de signes.