Carbini

Alta rocca - Carbini

Carbini

 

Le village se compose de trois hameaux aux maisons de granit, et l’ensemble offre une vue sur les aiguilles de Bavella au loin. L’église paroissiale San Giovanni, monument historique, est l’ancienne église piévane. Construite au XIIIème siècle, c’est un bel exemple d’art roman, avec ses ornements extérieurs sculptés et son immense nef. On peut encore voir les ruines du baptistère médiéval. Elle servait de lieu de réunion aux Giovannali, courant religieux qui apparut dans le village aux environs de 1365. Proche des cathares, ils prônaient un retour aux sources des Ecritures, ainsi que des valeurs de pureté, d’égalité et de justice. L’église les condamna comme hérétiques ; la plupart furent arrêtés et brûlés vifs, et de nombreuses rumeurs furent répandues sur leur doctrine. Beaucoup des pratiques occultes qu’on leur a prêtées viennent de l’imagination et la superstition populaire, exacerbées par les sermons des prêtres. On raconte aussi que le clocher de leur église comptait autrefois sept étages, qui auraient été en partie détruits lors des arrestations.

Les Giovannali, des cathares corses ? Vers le milieu du XIVème siècle, une flambée religieuse balaie la Corse avec l’affaire dite des Giovannali. Ce mouvement est le fait de tertiaires franciscains qui se rassemblent aux prêches du frère Giovanni Martini, d’où peut-être leur nom, ou dérivé de l’église dans laquelle ils se réunissaient à leurs débuts : San Giovanni di Carbini. Ce mouvement se rattache à celui des Fraticelli qui, au même moment, se répand en Italie continentale. Les Giovannali prônent la pauvreté primitive de l’Eglise, la fraternité et la solidarité.