Cap Corse | Nonza

nonza

Nonza

nonza

Village  du cap corse d’un seul tenant contrairement aux autres villages de la région. Perché en nid d’aigle sur une haute falaise dominant la mer.  Son point culminent se situe à 841 m. De nombreux cours d’eau traverse la commune pour se jeter dans la mer « le Violu, viacava, guadoni… ». Village  à l’architecture remarquable dominé par sa tour paoline.

Autrefois Nonza était un camp romain du de Castrum Nuntiae. Née à Carthage au IVème ou Vème siècle après JC, Sainte  JULIE  patronne de la Corse y fut martyrisée. Julie prisonnière des vandales fut vendue à un marchand sicilien. Au cours d’une escale de ce dernier à Nonza, le gouverneur romain s’éprit de Julie, enivra le marchand et s’empara d’elle. Refusant d’abjurer sa foi, elle fut condamnée en 439 à subir le martyre, les bourreaux lui coupèrent les seins et les jetèrent contre des rochers d’où jaillirent deux sources miraculeuses. Sur le lieu du martyr au IVème fut construit un sanctuaire et qui fut détruit en 734 par les sarrasins. Sur les ruines fut bâti au IXème un nouvel édifice religieux, au XIVème un nouveau bâtiment le remplace, il sera lui-même reconstruit en 1575. L’Eglise paroissiale Sainte Lucie est composée de six chapelles, d’un chœur en trompe-l’œil et renferme un autel en marbre polychrome datant de 1694 et provenant de l’ancien couvent en ruine Saint François, et une toile du XVIème représentant Sainte Julie crucifiée. L’édifice fut remanié  en 1854 et en 1872, en 1893 une cloche y fut ajoutée. D’autres monuments peuvent être visitée comme la chapelle de la confrérie Sante Croix, la chapelle et la fontaine Sainte Julie aux eaux miraculeuses, dite Fontaine des mamelles, un escalier de 154 marches descend jusqu’à la marine. En sortant du village on voir les ruines de l’ancien hameau de Cavicchioni.

Dominant le village la tour de Nonza est un édifice carré  à trois échauguettes fut construite en 1757 sur ordre de Paoli sur les ruines du château des Gentille pour surveiller le golfe de St Florent. Elle fut le théâtre de deux actes de bravoures. Elle est classée aux  monuments historiques.

Pendant des siècles son économie a été  basée sur l’agriculture et l’élevage complétée par une activité marchande liée à sa position maritime. Sa population a atteint en fin du 19ème siècle les 543 habitants. De nos jours sa population est d’environ 70 habitants.