Cap Corse | Pietracorbara

Pietracorbara

Pietracorbara - Petracorbara

pietracorbara

Pietracorbara s’étend sur 26 km², et possède une façade maritime de 5 km. Son territoire s’élève de sa plage de sable fin jusqu’à la ligne des crêtes dominée par le Monte Alticcione (1139 m). La commune est composée de huit hameaux.Un squelette retrouvé à Torre d'Aquila (ou Castellare), datant de 6000 ans avant Jésus Christ, est la trace la plus ancienne de la présence de l’homme dans le Cap Corse. L’histoire de Pietracorbara se fond dans celle du Cap : durant dix siècles celui-ci a vécu au rythme des incursions, des razzias, des destructions de villages. Après les Grecs et les Romains, les Sarrasins et les Turcs débarquent, s’installent puis repartent. A partir de 1100 et jusqu’en 1625, la vallée appartient à des seigneurs féodaux.

En 1625, Pietracorbara dépend directement de la République de Gênes. En 1757, Pascal Paoli en prend le contrôle. Une décennie plus tard, l’île devient propriété de Louis XV.
En 1771 les ingénieurs du roi de France dressent le « Plan Terrier » du village. La communauté compte 658 habitants, 108 hectares de vignes, 22 d’oliviers, 10 de châtaigniers.
C’est au XIXème siècle que Pietracorbara connaît son maximum démographique et économique. En 1891 le village est proche des 1000 habitants. La guerre de 14-18 et l’émigration aux Amériques vont casser cette progression. En 1960 ils sont à peine 210. En 1975, la courbe remonte : 248. Ils sont 552 habitants permanents en 2010.
Aujourd’hui, pour la première fois de son histoire, Pietracorbara a autant d'habitants en plaine que dans les hameaux du haut. L'habitat du bas s'est très largement développé (un lotissement communal de 23 villas a vu le jour en 2008) mais l’éparpillement des constructions en plaine n'a pas empêché de jeunes agriculteurs de remettre en exploitation de vastes surfaces bien exposées.