La Castagniccia - Casinca | Carcheto Brustico

Carcheto Brustico - Carchetu Brusticu

carcheto brustico

Ce village typique, au cœur de la région, abrite l’église baroque Sainte Marguerite, construite au XVIème siècle par des artistes locaux. Chose rare en France, ses peintures n’ont jamais été restaurées depuis la construction de l’église. Elle est classée monument historique depuis 1976. On y trouve les couleurs chaudes typiques du baroque et la richesse des matières (marbres, bois etc.). Les représentations du chemin de croix sont inspirées de la société corse : on peut y voir des pleureuses, par exemple.Un homme, des histoires
Le cadre exceptionnel de ce village où le temps semble «avoir suspendu son vol» a inspiré l’écrivain Jean-Claude ROGLIANO, qui vit dans les tours de Tevola, qu’il a réhabilitées.

Egalement conteur et réalisateur de documentaires pour la télévision, il est connu pour son roman Le berger des morts - Mal’Concilio (1980), reflet d’une génération, qui reste le roman corse le plus lu aujourd’hui. Mal’concilio (littéralement «la mauvaise assemblée», référence aux assemblées de sorciers d’autrefois) est un immense châtaignier, aux formes effrayantes, mais qui laisse néanmoins entrevoir la lumière du haut de son tronc. A travers l’initiation d’une jeune fille aux mystères de la nature, Jean-Claude ROGLIANO tisse un parallèle avec la société Corse et sa dualité, entre lumière et zones d’ombre.
Il est également l’auteur, avec sa fille Agnès, de Contes et légendes de Corse (1997), ainsi que de Visa pour un miroir (1998), qui retrace l’épopée du convoi humanitaire corse parti aider les populations roumaines. Le roman a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation en pièce de théâtre, qui fut jouée en 2005 dans le cadre des rencontres théâtrales d’Olmi Cappella. Son dernier roman, Justice en Corse, est une critique sociale virulente qui relate de façon féroce ses démêlés avec certains juges locaux.En cette année 2009, c'es s'est sur les pas de Théodore de Neuhof que Jean Claude sest attaché.
Enfin, Jean-Paul POLETTI, du groupe Canta u Populu corsu, rendit un poignant hommage à Mal’Conciliu en musique.