Le Nebbiu - Conca d'Oro | Saint Florent

Saint Florent - San Fiurenzu

20217 SAINT FLORENT
Tél : 04 95 37 10 63
Fax : 04 95 37 03 70
tete de maure
Du lundi au vendredi :
9h à 12h et 14h à 17h30

Ville très agréable et très prisée des touristes, Saint Florent se situe dans un cadre exceptionnel, et son golfe en fait un endroit idéal pour les vacances. Ce golfe, qui borde les Agriates à l’ouest, est un centre important de la civilisation agro-pastorale insulaire. Le site est préservé, et les plages encore sauvages. Celles du Lotu, de Malfacco ou de Saleccia, avec leur sable blanc et leur eau turquoise, sauront vous enchanter. De plus, sa situation en fait un bon point de départ pour découvrir toute cette partie de l’île, du Nebbiu à la Balagne. Cette partie du golfe est occupée depuis la préhistoire et l’Antiquité. On a en effet des preuves de l’existence d’une cité romaine appelée Cersunum, mais les diverses invasions du moyen-âge ont eu raison de cette première ville. Le seul témoignage de cette époque est la cathédrale Santa Maria Assunta, appelée également cathédrale du Nebbiu. Construite au XIIème siècle à l’emplacement d’une basilique paléochrétienne, elle est d’architecture typiquement pisane, et possède une très belle façade de calcaire blanc. Si le décor extérieur est très simple, l’intérieur est majestueux, avec ses colonnes sculptées et ses nefs. Son premier évêque prit ses fonctions en 1133, et le diocèse du Nebbiu devint indépendant de Gênes peu de temps après.C’est là que se trouvent les reliques de Saint Flor, patron de la ville, qui était un soldat romain martyrisé au IIIème siècle de notre ère. Une légende, rapportée par Mérimée, veut que la cathédrale exhale parfois un parfum de violettes, le jour de la saint Flor. La relique du saint est fêtée tous les 3 ans, le lundi de pentecôte. Cette coutume remonte au XVIIIème siècle. Les reliques furent données par Rome à l’évêque du Nebbiu. Signalons que la cathédrale est habituellement fermée, mais que les clés sont disponibles à l’office du tourisme. Ce seront les génois qui se réapproprieront le territoire, en y édifiant une citadelle. La ville avait une vocation à la fois militaire et marchande. Les fortifications furent ainsi érigées en 1440, et les génois y installèrent la résidence des gouverneurs du Nebbiu. La ville se développe et devient une place commerciale importante. A l’instar de Bastia et Biguglia, Saint Florent accepte la tutelle de l’Office de Saint Georges en 1484. Les génois, conscients de l’importance de la ville, développent les fortifications et font assécher les marais. Saint Florent connaîtra un déclin à partir du XVIème siècle, lors de l’occupation par les Français. La ville est de nouveau cédée aux génois en 1559 par le traité de Cateau-Cambrésis, mais ses fortifications sont détruites. Le système défensif se remet en place quelques années plus tard, devant la menace barbaresque. Autour du Turrione (donjon), on construit des maisons et une église. Malgré les troubles des XVIIème et XVIIème siècles, Saint Florent continue de jouer une importance stratégique. En 1765, les français s’y installent, restructurent la forteresse et aménagent des bâtiments annexes, comme la poudrière. L’édifice, au XIXème siècle, est réhaussé, couvert, et devient une caserne. La ville acquiert la citadelle en 1974, et en 1991, les fortifications et le Turrione sont inscrits aux Monuments Historiques, ce qui permit leur restauration.

L’ensemble se visite aujourd’hui, et accueille en été beaucoup d’expositions de peintures et de photos.La ville est également la patrie de Mgr. Giustiniani, évêque du Nebbiu né au XVIème siècle, et qui resta dans l’histoire pour avoir répertorié toutes les églises et chapelles de Corse. Saint Florent, point stratégique, fut l’enjeu de plusieurs puissances, qui s’affronteront jusqu’au XVIIème siècle. La ville, à l’instar de toute l’île, connaît alors une régression. Elle renaîtra de ses cendres avec la politique d’aménagement du IIème Empire, qui fera assécher les marais et aménager un réseau routier, afin de désenclaver le Nebbiu.

La région peut alors exporter ses productions par terre et par mer.Saint Florent tel que nous le connaissons aujourd’hui, avec son port de plaisance et sa place très agréable, a été aménagé dans les années 1970, quand la ville orienta son développement vers le tourisme. Calme hors saison, bercée par une mer reflétant les pâles lueurs hivernales, la ville est très animée en été. Les plaisanciers arrivent, les terrasses de cafés ouvrent, et Saint Florent propose quelques animations, comme le festival Porto Latino, où se retrouvent au mois d’Août les grands noms de la musique latine. Les environs de Saint Florent promettent de passer des vacances dans un cadre enchanteur.

Les plages des Agriates, qui s’étendent sur environ 35 kilomètres, sont parmis les plus belles de l’île. Encore sauvages, on peut y accéder à pied, par la route ou par la mer. La plage de Malfaco est la plus sauvage, et peut-être l’une des plus belles. Si l’on choisit d’emprunter les navettes quotidiennes, on arrive à la plage du Lotu, très fréquentée en été. Un sentier de randonnée permet d’arriver, en une heure, à la plage de Saleccia, pour profiter d’un repos bien mérité. Le sentier des Douaniers permet quant à lui d’admirer les côtes des Agriates. Par ce sentier, on arrive à la tour de la Mortella, édifiée au XVIème siècle. Construite en 1553, elle fut fortifiée en 1555 par Andrea DORIA, et devint ainsi un poste avancé de la citadelle. Elle sera en partie détruite en 1794 par un assaut des anglais. On dit que l’amiral Nelson, séduit par l’architecture du bâtiment, fit faire des copies des plans et qu’ainsi, on trouve des tours assez similaires en Grande-Bretagne, appelées Martello Towers.

Fête : 16 mai, 15 août
Fête Patronale triennale de Saint Florent : lundi de Pentecôte