Sartenais - Valinco | Fozzano

Fozzano - Fuzza

Dans un relief doux, fait de collines boisées, d'olivaies et d’une vallée verdoyante descendant jusqu'au golfe de Valinco, Fozzano étend sa belle architecture caractéristique étagé sur un éperon rocheux. On peut y admirer les maisons fortes du XVIIème siècle des familles Carabelli, dont la célèbre maison de Colomba, et celles de la famille Durazzo. C’est une vendetta sanglante entre les deux familles en 1833 qui inspira à Prosper Mérimée son roman Colomba.

Colomba Carabelli est née au village le 7 mai 1775, et on peut encore voir sa maison natale. Si l’histoire est véridique, et la vendetta qui opposa sa famille à celle des Durazzo fut l’une des plus violentes de la région, Mérimée a romancé certains faits. En effet, alors qu’il la présente comme une jeune fille dans son roman, la véritable Colomba était déjà âgée au moment des faits (elle avait cinquante-trois ans). Après le meurtre de deux des membres de sa famille en 1830, elle entreprit de les venger, et poussa toute sa famille à faire la guerre aux Durazzo. Son fils trouva la mort trois ans plus tard dans une embuscade contre la famille ennemie. A partir de ce drame, l’histoire fut connue, et les autorités tentèrent de mettre un terme à ces tueries. Le traité de paix fut négocié par l’évêque d’Ajaccio, et signé dans l’église de Sartène. Mérimée, lors de son voyage en Corse, fut ému par le courage de cette femme et par la beauté de sa fille, et immortalisa les deux personnages dans son roman, qui est aujourd’hui l’histoire traitant de la Corse la plus lue en France.

On peut également voir deux tours génoises construites entre le XVIème et le XVIIème siècle. L’une d’entre elles, surnommée la tour de Colomba, est classée Monument Historique. Dans l’église, on peut voir la chapelle de l’Annonciade, dans laquelle se trouve une statue de la Vierge. On raconte que des paysans de Fozzano l’auraient trouvée sur la plage, où elle se serait échouée après une tempête. Ils décidèrent alors de l’emmener au village, mais furent incapable de la soulever. Deux anciens, qui passaient par là, voulurent aider les paysans. Ils firent leurs prières, et purent emmener la statue à la chapelle, où on peut encore la voir. Elle était autrefois portée en procession pendant les périodes de sécheresse, et on raconte qu’elle avait le pouvoir de faire pleuvoir.